Horaire des célébrations

Tous les dimanches:

10h00 à 11h30

Tous les mercredis

19h00 à 21h00

ATTENTION: Toutes nos réunions en personne sont annulés jusqu'à nouvel ordre.

Nous contacter

Téléphone : 450-774-1603

405, boul. Laurier Ouest

Ste-Marie-Madeleine (Qc)

J0H 1S0

Courriel : eebsth@gmail.com

Qui est Dieu ?

Une bonne nouvelle ?

 

Nous entendons souvent parler de l'évangile comme étant une « bonne nouvelle ». C'est ce que nous croyons aussi !  Là où il existe une bonne nouvelle, par contre, c'est qu'une moins bonne nouvelle a précédée celle-ci. C'est le cas, du moins, de la bonne nouvelle de l'évangile.

 

La bible enseigne que l'homme est pécheur. L'expérience humaine, vous en conviendrez, confirme abondamment cette déclaration. Certains sont de grands pécheurs, pour ainsi dire, alors que certains sont de moins grands pécheurs, mais il demeure que tous le sont. Cette condition est universelle, personne n'y échappe, personne ne peut sortir de cette condition.

 

Quant à Dieu, la bible enseigne qu'il est amour et qu'il ne désire pas punir le pécheur. C'est rassurant ! Toutefois, la bible nous enseigne également que Dieu est juste et, ce faisant, qu'il doit juger les péchés. Notre problème se situe précisément ici, en ce que Dieu, dans son amour pour les hommes, ne désire pas les punir, mais dans sa justice parfaite, il doit punir le péché.

 

Le dilemme de l'homme

 

Résumant cette situation la bible déclare : « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » et «...car si un homme respecte toute la loi mais pèche contre un seul commandement, il est coupable de tous. »  (Romains 3:23; Jacques 2:10). Nous trouvons donc en Dieu un grave dilemme confrontant deux aspects de sa propre nature, il aime le pécheur et ne désire pas le punir mais il est juste et devra punir les péchés. Ce dilemme en Dieu est aussi une terrible nouvelle pour nous puisqu'il nous est aussi impossible d'effacer nos fautes passées que de nous assurer de ne plus en commettre dans l'avenir. Il n'y a donc aucune solution en nous. Notre condition ainsi que notre sort sont tragiques.

 

Le dilemme de Dieu

 

Voici donc le point culminant de la mauvaise nouvelle. Si dans son amour Dieu justifiait le mal sans le juger, il ne serait plus juste et, du même coup, plus Dieu. Il est donc une chose certaine, Dieu jugera les fautes des hommes, en dépit de son amour pour eux. La seule solution devra inclure le paiement complet des fautes des hommes. Comprenez-vous la taille et la gravité du dilemme? Un homme pourrait, dans un élan héroïque, vouloir subir le châtiment de Dieu à la place de ses semblables mais en vain. Devant faire face au tribunal de Dieu pour ses propres fautes, il lui serait impossible de le faire. Pour pouvoir payer les fautes des autres, un homme devrait être lui-même sans péché. Ceci, aucun homme ne l'a jamais pu et aucun autre ne le pourra jamais. Dans ce dilemme personne ne peut nous aider! Personne sauf un, Dieu lui-même.

 

Une solution

 

Voici donc le terrible climat qui donne naissance à cette bonne, à cette extraordinairement bonne nouvelle. La bible exprime la solution en ces termes : « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais qu'il ait la vie éternelle » (Jean 3:16). La bible enseigne que Dieu le père et Dieu le fils, quoi que distincts l'un de l'autre, ne sont aussi qu'un seul Dieu. C'est donc à dire que Dieu lui-même a choisi de venir dans ce monde, marcher sur cette terre et accomplir toutes les exigences parfaites de la loi de Dieu, tout cela dans un but bien précis, porter la condamnation des fautes des hommes, faire face à la justice de Dieu à leur place. Il est mort, en effet, mais pas de n'importe quelle mort, de la mort que Dieu avait au préalable qualifié d'une mort de malédiction, la crucifixion. Prévoyant le coût de cet acte d'amour et désirant que la gravité du châtiment ne passe pas sous silence, Dieu avait dit, des centaines d'années avant la venue de son fils : « maudit est quiconque meurt pendu à du bois » (Deutéronome 21:23). La mort par crucifixion était donc une manifestation de la réprobation divine, de la malédiction de Dieu sur le crucifié. Sur cette croix, c'est de cette malédiction que le fils fut chargé, non de ses fautes, mais portant les nôtres. Plus de 700 ans avant sa venue de son fils sur terre, Dieu avait décrit ce sacrifice en ces termes : « Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie; et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous » (Ésaïe 53:6).

 

Nous trouvons sur cette croix la solution ultime au plus grand des dilemmes que l'humanité ait jamais rencontrée, celui où la justice parfaite et l'amour de Dieu se rencontrent. Lorsque Jésus rendit l'âme, le ciel s'obscurcit, la terre trembla, la parole du prophète Ésaïe était à présent accomplie : « Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui » (Ésaïe 53:5).

 

L'offre de Dieu

 

Il n'y a donc plus aucune raison, chers amis, de garder sur nous cette condamnation. Le paiement de nos fautes a été pourvu, et il est désormais offert gratuitement à tous. La confiance que nous avons jadis placée en notre piété, notre bonne vie, et toutes autres choses que nous aurions pu faire ne tenait pas compte de la condition exigée par la justice de Dieu; la perfection (Matthieu 5:48b). Comme un seul a porté ces exigences et a subi la condamnation des coupables, Dieu jugera nos vies sur cette seule et unique base : « Celui qui croit au fils de Dieu a la vie éternelle, celui qui ne croit pas au fils n'a pas la vie mais la colère de Dieu demeure sur lui .»

(Jean 3:36). En d'autres mots, nous porterons nous-mêmes le jugement de nos fautes ou quelqu'un d'autre le fera à notre place. Se reconnaitre pécheur c'est se qualifier pour bénéficier de l'oeuvre du sauveur. Si donc vous vous qualifiez, venez et prenez, c'est gratuit ! « Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé » ; « Venez et plaidons ! Dit l'Éternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige; s'ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine » ; « Que le méchant abandonne sa voie, et l'homme d'iniquité ses pensées; qu'il retourne à l'Éternel qui aura pitié de lui. À notre Dieu qui ne se lasse pas de pardonner. »

(Romains 10:13;  Ésaïe 1:18; Ésaïe 55:7).

 

Recevoir

 

Pour être pardonné, il faut se reconnaitre perdu, reconnaitre la solution pourvue par Dieu en son fils Jésus, croire avec son cœur qu'il s'agit de la seule solution à la justification de nos fautes puis, enfin, lui remettre sa vie. Voici ce qu'il faut faire pour recevoir le pardon de Dieu. « Mais à tous ceux qui l'ont reçu, elle (la parole de Dieu) a donné le pouvoir de devenir les enfants de Dieu » (Jean 1:12). C'est ce qu'on appelle avoir la vie éternelle, un pardon complet et entier. « Qui accusera les élus de Dieu? C'est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? Christ est mort, bien plus, il est ressuscité... car j'ai l'assurance que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les dominations, ni les choses présentes, ni les choses à venir... ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Romains 8:33 à 39).

 

Ce message, ce pardon, cette vie éternelle c'est ce qui nous rassemble, c'est ce qui nous unit ! Les membres de l'église évangélique baptiste de St-Hyacinthe sont comme vous, ni plus importants ni plus intelligents, ni plus religieux. Nous n'avons rien de différent, si ce n'est qu'une certitude d'avoir été reçus de Dieu, pleinement aimés et pardonnés, l'assurance d'aller directement avec lui après la mort. C'est ce qui nous réunit, c'est ce qui remplit nos vies. Contactez-nous, nous serons privilégiés de vous assister dans votre démarche.

 

Venez nous visiter, vous vous sentirez chez vous, tout comme nous!

 

Au plaisir de vous rencontrer !